Saint Victor La Grand' Maison

HISTOIRE DU DOMAINE

Histoire du domaine

« C’est ce charmant manoir caché dans le bocage comme un nid d’oiseau. Aux marches du Berry et du Poitou, le manoir et ses dépendances sont situés sur le sommet d’un coteau boisé qui domine la rive gauche de l’Anglin. Lorsqu’on promène son regard sur le vallon, on ne tarde pas à apercevoir un petit castel qui, du milieu des bois qui l’entourent, détache ses deux tourelles couvertes en ardoises et un élégant belvédère… Un tapis de verdure se déroule des pieds du château jusqu’au bord de la rivière.» Histoire du Blanc et de ses environs (1868)

“C’est ce charmant manoir, connu sous le nom de Saint-Victor-la-Grande-Maison, caché dans le bocage comme un nid d’oiseau. Aux marches du Berry et du Poitou, Un tapis de verdure se déroule des pieds du château jusqu’au bord de la rivière.» Histoire du Blanc et de ses environs (1868)”

Découvrez notre histoire

XVe siècle - XVIIe siècle
1643 - 1670
1670 - 1718
1718-1719
1720 - 1793
1794 - 1830
1830 - 1876
1876 - 1981
1981-
2011
Faites défiler de droite à gauche pour découvrir les différents moments clés.
==> ==> ==> ==> ==> ==> ==> ==>
Premiers propriétaires
L’édifice semble dater de la fin du 14e ou du début du 15ie siècle. Nous y retrouvons Joachim de Louan, Ecuyer, seigneur de Grand-Maison né vers 1490. Ce dernier marie sa fille Anne- née de son premier mariage avec Louise d’Aymer - avec Charles de Barbançois en 1534 – Aucun enfant n’étant né de son second mariage avec Anne L’Allier, il rendit aveu des terres et fit de son frère Léon son héritier universel en 1591, son épouse fit de même.
Léon de Barbancois
Léon de Barbancois, chevalier et seigneur de Saint-Victor-là-Grand-Maison dès 1643, fut le premier père du domaine. Il eut plusieurs enfants, Sylvine, Marie, Silvain, Robert et Antoine. Ce dernier fut tenu sur les fonts baptismaux par Antoine d’Aloigni, abbé de Fontgombaûlt et seigneur d’Ingrandes, le 15 novembre 1671
Silvain de Barbancois
Silvain de Barbancois (1656- 1718 ), premier capitaine au régiment de cavalerie de Royal Piémont reprend la maison familiale de 1670 jusqu'à sa mort en 1718. En 1717, par testament il lègue à la cure d’Ingrandes un pré situé sur la rivière de l’Anglin à charge par les curés de faire dire à perpétuité deux messes basses par mois.
Philippe de Barbançois
En 1717 Philippe de Barbançois, fils d'Antoine et héritier du domaine, se marie avec Anne-Marie Poiron. Philippe de Barbancois décède accidentellement le 13 février 1719 et est inhumé dans l’église de Saint-Génitour du Blanc. Avec lui s'éteint la branche de son arrière-grand-père, Claude de Barbancois, Gouverneur de Dun-le-Roi décédé en 1630.
Dubout de Villemort
Au sortir de la maison Barbançois le domaine arrive dans les mains des Villemort. Mais la révolution française éclate et la propriété est déclarée bien national en 1793.
L'herpinière - Péris - Villemort - Beaufumé
Ce fut Charles Thomas L’herpinière, maire d’Ingrandes qui l’acheta en 1794 le 24 ventose de l’an II. Une fille de Monsieur L’herpinière, mariée à M. Péris, de Belâbre, en hérita dans les premières années du siècle. M. de Villemort racheta sa propriété de M. Péris pour la revendre peu de temps après à M. Beaufumé.
M. René Creuzet des Roches
Inventeur d’une première batteuse et maire d’Ingrandes de 1843 à 1847, M. René Creuset des Roches fait l’acquisition du domaine en 1830. Il entreprend alors la reconstruction de bâtiments que l’on voit encore aujourd’hui. Vers 1840, il élève une seconde aile qui jouxte l’édifice premier. Il transforme ensuite la cave voutée de l’ancienne demeure en une terrasse qui s’étend devant le nouveau manoir
De Lamazière, -Lavergne, Hénault et Chiffre.
De 1876 à 1981 quatre propriétaires se succédèrent-MM. Joslé de Lamazière, Lavergne, Hénault et Chiffre. En 1941 une Miellerie, une orangerie et une remise furent construites..
Marie Rouet-Grandclement

Originaire de la région, Marie Rouet-Grandclément tombe sous le charme du domaine et décide de le reprendre en 1981.

"La maison était une ruine, je n’avais pas d’argent, mais lorsque la passion s’en mêle on remue des montagnes…" .

Ouverture des portes
30 ans plus tard Saint Victor ouvre ses portes aux curieux et voyageurs et met à leur disposition 4 gîtes indépendants, deux studios et trois chambres d'hôtes ainsi qu'une salle de réception intérieure et deux piscines.

Découvrez l'histoire du domaine

Premiers propriétaires
L’édifice semble dater de la fin du 14e ou du début du 15ie siècle. Nous y retrouvons Joachim de Louan, Ecuyer, seigneur de Grand-Maison né vers 1490. Ce dernier marie sa fille Anne- née de son premier mariage avec Louise d’Aymer - avec Charles de Barbançois en 1534 – Aucun enfant n’étant né de son second mariage avec Anne L’Allier, il rendit aveu des terres et fit de son frère Léon son héritier universel en 1591, son épouse fit de même.
XVe siècle - XVIIe siècle
Léon de Barbancois
Léon de Barbancois, chevalier et seigneur de Saint-Victor-là-Grand-Maison dès 1643, fut le premier père du domaine. Il eut plusieurs enfants, Sylvine, Marie, Silvain, Robert et Antoine. Ce dernier fut tenu sur les fonts baptismaux par Antoine d’Aloigni, abbé de Fontgombaûlt et seigneur d’Ingrandes, le 15 novembre 1671
1643 - 1670
Silvain de Barbancois
Silvain de Barbancois (1656- 1718 ), premier capitaine au régiment de cavalerie de Royal Piémont reprend la maison familiale de 1670 jusqu'à sa mort en 1718. En 1717, par testament il lègue à la cure d’Ingrandes un pré situé sur la rivière de l’Anglin à charge par les curés de faire dire à perpétuité deux messes basses par mois.
1670 - 1718
Philippe de Barbancois
En 1717 Philippe de Barbançois, fils d'Antoine et héritier du domaine, se marie avec Anne-Marie Poiron. Philippe de Barbancois décède accidentellement le 13 février 1719 et est inhumé dans l’église de Saint-Génitour du Blanc. Avec lui s'éteint la branche de son arrière-grand-père, Claude de Barbancois, Gouverneur de Dun-le-Roi décédé en 1630.
1718-1719
Dubout de Villemort
Au sortir de la maison Barbançois le domaine arrive dans les mains des Villemort. Mais la Révolution française éclate et la propriété est déclarée bien national en 1793.
1720 - 1793
L'herpinière - Péris - Villemort - Beaufumé
Ce fut Charles Thomas L’herpinière, maire d’Ingrandes qui l’acheta en 1794 le 24 ventose de l’an II. Une fille de Monsieur L’herpinière, mariée à M. Péris, de Belâbre, en hérita dans les premières années du siècle. M. de Villemort racheta sa propriété de M. Péris pour la revendre peu de temps après à M. Beaufumé.
1794 - 1830
M. René Creuzet des Roches
Inventeur d’une première batteuse et maire d’Ingrandes de 1843 à 1847, M. René Creuset des Roches fait l’acquisition du domaine en 1830. Il entreprend alors la reconstruction de bâtiments que l’on voit encore aujourd’hui. Vers 1840, il élève une seconde aile qui jouxte l’édifice premier. Il transforme ensuite la cave voutée de l’ancienne demeure en une terrasse qui s’étend devant le nouveau manoir
1830 - 1876
De Lamazière, -Lavergne, Hénault et Chiffre.
De 1876 à 1981 trois propriétaires se succédèrent-MM. Joslé de Lamazière, Lavergne - Hénault et Chiffre. En 1941 une Miellerie, une Orangerie et une remise furent construites.
1876 - 1981
Marie Rouet-Grandclement

Originaire de la région, Marie Rouet-Grandclément tombe sous le charme du domaine et décide
de le reprendre en 1981.

"La maison était une ruine, je n’avais pas d’argent, mais lorsque la passion s’en mêle on remue des montagnes…" .

1981
Ouverture des portes
30 ans plus tard Saint Victor ouvre ses portes aux curieux et voyageurs et met à leur disposition 4 gîtes indépendants, deux studios et trois chambres d'hôtes ainsi qu'une salle de réception intérieure et deux piscines.
2011

Je m’appelle Marie et je suis née en Berry

Je suis tombée sous le charme de ce lieu magique il y a 33 ans…le coteau boisé, la rivière, le chêne de plus de 400 ans qui domine un paysage tout en douceur. La maison était une ruine, je n’avais pas d’économies, mais lorsque la passion s’en mêle on remue des montagnes… alors  j’ai trouvé une banque qui a financé l’achat de ma jolie folie.

33 ans plus tard, j’ai décidé de rénover encore plus ce lieu qui me tient tant à cœur et de l’ouvrir aux curieux et voyageurs avec l’aide de mes trois enfants Constance, Paul et Norma.

Histoire du Domaine – Saint Victor La Grand’ MaisonHistoire du domaine

Je suis tombée sous le charme de ce lieu magique il y a 33 ans. La maison était une ruine, je n’avais pas d’argent, mais lorsque la passion s’en mêle on remue des montagnes… alors j’ai financé ma jolie folie. 

Restons en contact !

<